PRESENTATION DE L’ACADEMIE DE PROPRIETE INTELLECTUELLE

DENIS EKANI DE L’OAPI

Par Résolution n° 44/14 de la 44ème session ordinaire de son Conseil d’Administration tenue à Cotonou au Bénin en décembre 2004, l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), après 42 ans d’existence a  créé en son sein un Centre de Formation en Propriété Intellectuelle baptisé Centre de Formation Denis EKANI (CFDE). Le Centre doit son nom à  Maître Denis EKANI, ancien Directeur Général de l’OAPI de 1965 à 1984.

Dès sa création en 2004, le CFDE était chargé de mettre en œuvre les programmes de formation de l’OAPI dans le domaine de la propriété intellectuelle. Les missions du centre étaient alors exclusivement axées sur la formation. Avec l’arrivée de la nouvelle direction générale en août 2007, l’action du centre a été élargie à d’autres activités.

Ainsi, le CFDE a eu pour missions non seulement la formation mais aussi la recherche en propriété intellectuelle et la publication de ses résultats.

Cependant, cette année 2013 est caractérisée par deux faits marquants.

Le premier concerne le changement de dénomination du CFDE. En effet, le Conseil d’administration de l’OAPI, réuni en sa 52ème session ordinaire à Bissau, en Guinée Bissau, a décidé, par la résolution n°52/30, du changement d’appellation du CFDE. Désormais, le Département en charge de la formation, de la recherche et de la publication à l’OAPI s’appelle « ACADÉMIE DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DENIS EKANI », en acronyme « APIDE ».

Deux principaux arguments viennent au soutien de ce changement.

D’abord, la formation, depuis bientôt 3 ans, ne se limite plus aux séminaires. Le CFDE a participé activement à la gestion d’un Programme de Master II en droit de la propriété intellectuelle, qui est une formation de longue durée et de haut niveau. Au surplus, l’activité de recherche dans le domaine de la propriété intellectuelle, coordonnée par l’APIDE, est menée aussi bien par les étudiants du Master que par des enseignants chercheurs d’université, tous spécialistes de la matière et de renommée internationale pour la plupart. Le fruit de leurs réflexions est consigné dans plusieurs ouvrages publiés par l’OAPI qui a créé à cet effet une collection.

Ensuite, les structures de formation des différents offices de propriété intellectuelle,  partenaires ou non de l’OAPI, sont toutes désignées sous le vocable « académie ». Il est de bon ton de faire sienne cette pratique devenue universelle.

Le deuxième fait marquant consiste en ce que, dès cette année 2013, l’OAPI, à travers son Académie, entend donner une nouvelle dynamique à ses activités de formation qu’elle veut voir se développer en direction d’une part, des entreprises quelle qu’en soit la taille et, d’autre part, des universités et autres écoles  de ses États membres. Le tout sans remettre en cause les actions jusque – là posées par le CFDE qui tendent à asseoir et à promouvoir la propriété intellectuelle, à travers la formation et la recherche menées par des professeurs d’université et autres spécialistes de la matière.

Grosso modo, l’APIDE, comme toute bonne héritière, reprend la totalité des activités du défunt CFDE.

Puisse ce changement donner un nouveau souffle à ces activités, en attendant les locaux flambant neufs de l’APIDE, lesquels seront toujours situés au siège de l’OAPI.