Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Toute l'actualité

Abdou Maman, président en exercice du conseil d’administration de l’OAPI effectue une visite de travail au siège de l’OAPI a Yaoundé du 18 au 20 septembre 2017.

Durant ces trois jours, plusieurs arrêts ont émaillé le séjour du PCA en terre camerounaise. Des séances de travail avec la direction générale, des audiences auprès de son homologue, l’administrateur du Cameroun ainsi qu’auprès du ministre des relations extérieures du pays hôte.

Au cours de cette traditionnelle visite de travail annuelle, le PCA a rencontré le personnel de l’Organisation. L’occasion a ainsi été donnée au délégué du personnel d’égrener un chapelet de doléances à son endroit, après avoir remercié l’autorité pour ses actions entreprises en la faveur du personnel depuis la tenue du comité ad hoc en mars dernier.

En guise de réponse, Abdou Maman, par ailleurs ministre de l’industrie et des mines de la République du Niger, a rassuré le personnel de sa détermination à poursuivre dans l’amélioration des conditions de travail et de vie des employés, afin de permettre à la direction générale d’atteindre ses objectifs de performance.

En guise d’apothéose, un dîner pour raviver la cohésion entre les membres du personnel, autre pan de motivation et de succès organisationnel, a été offert par la direction générale.

L’équipe dirigeante accueille le PCA

Visite guidée dans les bureaux

Concertation avec le personnel lors de l’assemblée générale

Audience au Ministère des relations extérieures

Audience au Ministère de l’industrie, des mines et du développement technologique

Photo de famille avec le personnel

Denis Loukou Bohoussou, Directeur Général de l’OAPIen fonction depuis le 1er août 2017 a été reçu en audience par S.E. Lejeune Mbella Mbella, Ministre des relations extérieures, ce mardi 12 septembre 2017.

Cette traditionnelle visite de prise de contact est un passage obligé pour toutnouveau chef de mission diplomatique à Yaoundé au Cameroun.

L’homme qui prend les rênes de l’OAPI a occupé les fonctions de directeur général de l’Office ivoirien de la propriété intellectuelle. C’est à ce titre qu’il a géré le système national de propriété intellectuelle de la Côte d’Ivoire et contribué activement à la restructuration du Bureau ivoirien du droit d’auteur.

Denis L. Bohoussou est auteur de nombreuses publications. En sa qualité d’expert auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), il a conduit l’élaboration de la stratégie nationale de la propriété intellectuelle de différents pays africains et produit de nombreux rapports d’études sur le système de la propriété intellectuelle en Afrique.

Auteur de nombreuses publications dans ce domaine, le nouveau patron de l’OAPI est commandeur de l’Ordre du mérite culturel et chevalier de l’Ordre de la fonction publique de la Côte d’Ivoire.

Le MINREX accueille le DG OAPI dans ses salons privés

Accolades chaleureuses entre les deux personnalités, S.E. Lejeune Mblella Mbella souhaite un bon séjour en terre camerounaise à son hôte

Photo de famille avec les collaborateurs du DG OAPI et du MINREX

«La contribution de la culture au développement économique des Etats ne peut être atteinte que lorsque les droits des créateurs sont efficacement protégés. Seule l’union dans l’action des différentes parties prenantes peut, de manière sûre et certaine, conduire à cet objectif ». C’est en conformité avec cette opinion de son Directeur Général, Monsieur Denis L. BOHOUSSOU, que l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) a formalisé un partenariat avec la Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs (CISAC), ce 15 septembre 2017 à Alger.

Image de la révolution africaine, le lieu choisi pour la signature de cet Accord de partenariat est annonciateur d’un autre dynamisme dans la défense des droits des créateurs d’Afrique en général et de ceux des Etats membres de l’OAPI en particulier. De même, la mise en commun des efforts pour la promotion de la protection des droits des auteurs au moment même où se tient le «Forum des scénaristes, réalisateurs et créateurs de musique africains et d’ailleurs », n’est certainement pas le fait d’un hasard. Conforme à la mission de l’OAPI et à l’objet de la CISAC, le plus grand mal que pourrait produire ce partenariat ne peut être que celui d’améliorer le sort, souvent précaire des créateurs, de leurs œuvres et de leurs conditions de travail, tel que cela a été une fois de plus établi lors des travaux de cette rencontre.

Le partenariat OAPI-CISAC est essentiellement destiné à entreprendre en commun des activités pour le renforcement des droits des auteurs, de formation sur la gestion collective de ces droits et de promotion de la création d’organismes chargés de cette gestion collective dans les Etats où il n’en existe pas encore. Ces derniers jouent en effet un rôle important dans la rémunération effective des créateurs pour l’exploitation de leurs œuvres.

Venant à la suite de la signature, en février dernier, d’un partenariat identique avec l’African Regional Intellectual Property Organization (ARIPO), on conviendra qu’il s’agit de la mise en place d’un front commun visant à donner à la richesse culturelle des Etats membres de l’OAPI et de l’ARIPO, sa plus-value réelle permettant de contribuer au développement socio-économique et culturelle ainsi qu’à la diversité culturelle de l’humanité.

Signature du mémorandum of understanding

Une nouvelle et étroite collaboration s'ouvre aux deux institutions


La journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle célébrée sous le thème « propriété intellectuelle et emploi des jeunes » coïncidait avec le 55ème anniversaire de l’institution.

Dès dix heures, la cérémonie d’ouverture à l’Auditorium de l’OAPI à Yaoundé a été marquée par le discours de circonstance de Monsieur le directeur général de l’OAPI qui présidait la cérémonie. Pour lui, de nombreux jeunes sont de plus en plus impliqués dans la gestion des actifs de propriété intellectuelle, actifs à l’origine de la création de nombreuses entreprises de production, d’exportation, de distribution et contribuant à la croissance économique des Etats, à la création des richesses et d’emplois.

La conférence-débat assortie du témoignage d’un inventeur Camerounais a marqué les esprits. Comment l’OAPI et la propriété intellectuelle sont-ils au service de la création d’emploi dans ses Etats membres, telle est en substance la contribution de Guy Francis Boussafou, directeur de l’assistance technique et du développement technologique à l’OAPI.Le conférencier, expliquant l’action de l’OAPI en faveur de la jeunesse, a présenté les nombreuses initiatives entreprises par l’institution. Des propos qui ont suscité des discussions fructueuses avec le public.

On peut énumérer à ce titre, les formations professionnelles ouvrant des pistes sur le marché de l’emploi, la délivrance à titre gratuit des informations techniques, les subventions de l’ordre de 80% accordées aux inventeurs ressortissants des Etats membres, l’appui à la réalisation de prototypes à travers des appels à projets innovants lancés en relai au fonds d’aide à la promotion de l’invention et de l’innovation, l’accompagnement pour des actions de promotion tels que les salons de Genève ou le salon africain des inventions et de l’innovation (SAIIT), etc. La liste n’est pas exhaustive.

«Les portes de l’OAPI restent ouvertes à tous pour tout sujet en rapport avec la propriété intellectuelle », a martelé le Directeur général Denis Bohoussou au public visiblement assoiffé.Un public composé de jeunes en majorité, qui outre le corps diplomatique et le personnel des services techniques de l’Organisation, se recrutaient parmi le réseau des jeunes du conseil national de la jeunesse, étudiants des écoles d’ingénieurs, créateurs, inventeurs, représentants d’institution de recherche et des groupements de gestion des indications géographiques protégées à l’OAPI.

L’inventeur du Cardiopad, Arthur Zang, a, par la suite, raconté son parcours. Le jeune inventeur d’une tablette informatique permettant de faire des examens cardiaques aujourd’hui promoteur d’uneentreprise qui étend ses racines à l’international a servi d’illustration à notre cœur de cible évènementiel que constituait la jeunesse.Il a été question pour ces jeunes, de vivre une expérience porteuse, à l’effet de l’inciter à l’imitation positive. Car, on ne réinvente pas la roue, a-t-on souvent coutume de dire.

Ce 13 septembre, c’était également des expositions des inventions et innovations technologiques.Le récent médaillé d’or au salon des inventions de Genève, ColbertTchakounte, inventeur du Tchaks TV Guardétait également un des exposants du village des expositions affrété pour la circonstance.

Plusieurs stands dontcelui des indications géographiques, avec notamment le poivre de Penja et le miel blanc d’Oku, celui des obtentions végétales avec quelques variétés del’institut de recherche agronomique pour le Développement (IRAD).

Une occasion pour les curieux de faire ample connaissance avec les services offerts par l’OAPI, l’association des mandataires agréés au sein des dix sept Etats membres et le conseil national de la jeunesse qui exposaient tout aussi.

Le ludique n’a pas été en reste. Des jeux concours interactifs avec pour objectif d’inculquer les notions de bases en propriété intellectuelle ont été menés avec les élèves des classes de terminales des collèges d’enseignement secondaire de la place tout l’après midi.

Une attitude du directeur général de l'OAPI pendant son allocution

Arthur Zang, une icône d’Afrique qui brille dans le monde grâce à l’OAPI

La journée d’information, une porte ouverte entre l’OAPI et son public

Une vue du village des expositions