Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

«La contribution de la culture au développement économique des Etats ne peut être atteinte que lorsque les droits des créateurs sont efficacement protégés. Seule l’union dans l’action des différentes parties prenantes peut, de manière sûre et certaine, conduire à cet objectif ». C’est en conformité avec cette opinion de son Directeur Général, Monsieur Denis L. BOHOUSSOU, que l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) a formalisé un partenariat avec la Confédération Internationale des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs (CISAC), ce 15 septembre 2017 à Alger.

Image de la révolution africaine, le lieu choisi pour la signature de cet Accord de partenariat est annonciateur d’un autre dynamisme dans la défense des droits des créateurs d’Afrique en général et de ceux des Etats membres de l’OAPI en particulier. De même, la mise en commun des efforts pour la promotion de la protection des droits des auteurs au moment même où se tient le «Forum des scénaristes, réalisateurs et créateurs de musique africains et d’ailleurs », n’est certainement pas le fait d’un hasard. Conforme à la mission de l’OAPI et à l’objet de la CISAC, le plus grand mal que pourrait produire ce partenariat ne peut être que celui d’améliorer le sort, souvent précaire des créateurs, de leurs œuvres et de leurs conditions de travail, tel que cela a été une fois de plus établi lors des travaux de cette rencontre.

Le partenariat OAPI-CISAC est essentiellement destiné à entreprendre en commun des activités pour le renforcement des droits des auteurs, de formation sur la gestion collective de ces droits et de promotion de la création d’organismes chargés de cette gestion collective dans les Etats où il n’en existe pas encore. Ces derniers jouent en effet un rôle important dans la rémunération effective des créateurs pour l’exploitation de leurs œuvres.

Venant à la suite de la signature, en février dernier, d’un partenariat identique avec l’African Regional Intellectual Property Organization (ARIPO), on conviendra qu’il s’agit de la mise en place d’un front commun visant à donner à la richesse culturelle des Etats membres de l’OAPI et de l’ARIPO, sa plus-value réelle permettant de contribuer au développement socio-économique et culturelle ainsi qu’à la diversité culturelle de l’humanité.

Signature du mémorandum of understanding

Une nouvelle et étroite collaboration s'ouvre aux deux institutions