Toute l'actualité

En prélude à la commission mixte entre l’OAPI et l’ARIPO sur la propriété intellectuelle qui se tient ce jeudi 31 mai 2018 au siège de l’OAPI à Yaoundé, les experts des deux organisations sœurs se concertent depuis ce lundi 28 mai 2018.

Il s’agit pour ces derniers d’évaluer l’état de leurs relations de coopération afin d’arrêter de commun accord un plan de travail à soumettre à l’approbation des directeurs généraux respectifs pour les deux prochaines années.

Une réunion co-présidée par Mme Eliane Posso (OAPI) et M. John N. Kabare (ARIPO)

Une vue des experts de l'OAPI et de l'ARIPO

L’OAPI a pris part aux assises de l’International Trademark Association (INTA) à Seattle-Washington, du 19 au 23 mai 2018.

C’était le 140è rendez-vous annuel de l’INTA, tenu en terre américaine avec la participation d’une forte délégation de l’OAPI.

Les mandataires agréés auprès de l’institution, qui constituent la courroie entre les déposants (industriels, entreprises, mandataires internationaux…) et l’OAPI, étaient également de la partie.

La foire de l’INTA regroupe tous les ans, les professionnels de la propriété intellectuelle (responsables d’offices de propriété intellectuelle,praticiens, mandataires et autres acteurs) et du management de la marque.

Au-delà de la présentation des services, l’INTA offre également l’opportunité aux participants de tisser des relations d’échanges et de renforcer les liens de coopération entre les participants.

Rendez-vous est pris pour Boston l’année prochaine.

OAPI, se positionner comme le partenaire idéal pour le commerce et l’investissement en Afrique

INTA, une opportunité pour vendre l’OAPI et son système de protection

Une opération de séduction auprès de clients potentiels

Une réunion d’échanges entre la Banque Africaine de Développement (BAD) et l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) s’est tenue dans l’après-midi du lundi 14 mai 2018 au siège de l’OAPI à Yaoundé.

Cette réunion s’inscrit dans le cadre du processus d’identification des piliers et des priorités des Etats de la Communauté Economique d’Afrique Centrale (CEAC) devant être pris en compte dans le prochain Document  de Stratégie d’Intégration Régionale (DSIR) 2018-2025 de la BAD.

L’OAPI en tant qu’organisation régionale a été sollicitée afin qu’elle identifie à son niveau, quelques pôles de ses activités éligibles à un soutien financier de la BAD dans l’optique du DSIR 2018-2025 en élaboration.

Les échanges entre les parties ont permis à l’OAPI, à travers les interventions du Directeur général et du staff qui l’accompagnait, d’évoquer les principaux axes sur lesquels une assistance de la BAD serait des plus utiles.

Il en est ainsi d’un fonds fudiciaire pour l’appui à la valorisation des inventions et des innovations, d’une assistance à la formation d’un corps spécialisé d’examinateurs brevet dans les Etats membres, tout comme le renforcement de l’infrastructure virtuelle.

S’agissant de ce dernier axe, il faut dire que l’acquisition d’une infrastructure virtuelleva permettre une meilleure diffusion de l’information technique contenue notamment dans les brevets. On le sait, le brevet est le socle de tout développement économique, parce que source de connaissance et donc de pouvoir.

Se fondant sur la pratique de leur institution en matière d’appui financier et technique, les experts de la BAD, ont relevé l’intérêt que présenterait une demande d’assistance de l’OAPI en raison de l’adossement d’une telle demande à un socle, à savoir le Plan stratégique 2018-2022.

Pour toutes ces questions, la délégation de la BAD s’est dite convaincue qu’une suite favorable pourrait y être donnée.

Il a été arrêté, de commun accord, que d’autres rencontres entre les deux institutions devraient se tenir pour mieux appréhender les besoins de l’OAPI et proposer une formulation adéquate de la demande à adresser à la BAD.

Des échanges mutuellement enrichissants

 

Discussions informelles après la reunion

C’est officiel. Le signe distinctif qui sera désormais apposé sur toute indication géographique protégée (IGP) du territoire OAPI a été dévoilé et transmis aux groupements de producteurs de poivre de Penja et de miel blanc d’Oku ce mardi 8 mai 2018 à l’OAPI.

C’était au cours d’une cérémonie dédiée à cet effet, à laquelle ont pris part les responsables de l’Agence Française de Développement (AFD), partenaire de l’OAPI dans le processus de valorisation des Indications géographiques. Etaient également présents, les représentants des deux groupements de producteurs de poivre de Penja et de miel blanc d’Oku, ainsi que les ambassadeurs et représentants des Etats membres de l’Organisation.

La cérémonie était placée sous l’égide du Ministre de l’Agriculture et du développement rural, Président du Comité National de Promotion et de Coordination des Indications Géographiques (CONAPIG), qui en cette qualité, a reçu des mains du Directeur Général de l'OAPI le logo IGP. Le président du CONAPIG a, à son tour, remis ledit logo aux groupements de producteurs. Il était pour la circonstance, assisté du Secrétaire général du Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT), représentant personnel du MINMIDT et Vice-président dudit comité, et du Directeur de l’AFD-Cameroun.

Le logo des IGP est le signe de leur distinctivité sur le marché local et international. En tant qu’outil de compétitivité économique, ces produits de niche seront désormais portés par ce label (IGP-OAPI), gage de qualité et élément de positionnement marketing auprès des consommateurs nationaux et internationaux.

Le label IGP s’inscrit dans le cadre du processus de valorisation des produits de qualité des terroirs du Cameroun et des différents pays membres de l’OAPI, avec le soutien de l’Agence Français de Développement (AFD). Ce processus participe de la volonté de l’OAPI et de ses Etats membres de faire de la propriété intellectuelle un outil au service du développement agricole, notamment.

Après le dévoilement et la transmission de ce signe distinctif pour les produits IG déjà labellisés et ceux à venir dans l’espace OAPI, il ne leur reste plus qu’à s’imposer, à coup sûr, sur le marché local et international. Les consommateurs quant à eux, sauront apprécier cet outil d’étiquetage et d’identification des produits IGP ; Un véritable atout majeur pour le développement rural en Afrique.

Le DG de l'OAPI, M. BOHOUSSOU (à droite) remettant le logo IGP au Ministre EYEBE AYISSI,président du CONAPIG

Le président du CONAPIG remet à son tour, le logo IGP à Lucien METOMO, représentant du groupement des producteurs de Poivre de Penja

Puis le tour revient au représentant du groupement des producteurs du Miel blanc d’Oku, Georges BANG de recevoir le logo

Le dévoilement du logo IGP tant attendu

Le logo IGP de l’OAPI, un label de qualité pour le marché local et international

Photo de famille au terme de la cérémonie