Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Toute l'actualité

Le Comité National de Promotion et de Coordination des Indications Géographiques (CONAPIG) du Cameroun a ouvert une session de renforcement de capacité de ses membres, avec le concours de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), de l’Agence française de développement (AFD) et du Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER). La session s’est tenue dans les locaux de l’auditorium de l’OAPI, du 16 au 17 mai 2017.

La cérémonie d’ouverture des travaux de l’atelier de renforcement de capacité des membres du CONAPIG au siège de l’OAPI à Yaoundé Cameroun, était placée sous la présidence de Monsieur Henri Eyebe Ayissi, le MINADER, par ailleurs président dudit comité qu’accompagnait Monsieur Ernest Gbwaboubou, Ministre des mines, de l’industrie et du développement technologique (MINMIDT), administrateur de l’OAPI. A leurs côtés, sur le présidium, on a noté la présence de Monsieur Christian Yoka, directeur de l’AFD au Cameroun, de M. Tsegui David, représentant du Ministre du commerce ainsi que celle de Monsieur Paulin Edou Edou, Directeur Général de l’OAPI.

Plusieurs allocutions des différentes personnalités qui portaient sur l’importance des Indications Géographiques (IG), objets de propriété industrielle au même titre que les brevets d’inventions, les marques, dessins et modèles industriels, ont été prononcées. Conscient du fait que le processus de labellisation d’un produit en IG peut avoir un impact sur la productivité, le revenu des producteurs, et plus globalement de l’économie, conscient de tous les enjeux que l’IG représente, l’OAPI a dans son plan stratégique de participation au développement de ses Etats membres, élaboré, dès 2008, un programme d’appui à la mise en place des IG en son sein avec l’accompagnement de l’AFD. Ce programme entre dans sa deuxième phase dans les prochains mois.

Il faut rappeler que huit (8) comités nationaux ont vu le jour dans les Etats Membres lors de la première phase du PAMPIG. Ces comités ont essentiellement pour mission d’œuvrer pour l’identification, la reconnaissance, la promotion et la défense dynamique du potentiel IG dans leur Etat à l’exemple de CONAPIG du Cameroun. Ce dernier a vu le jour par arrêté n° 29/PM du 31 Mars 2017. C’est un comité interministériel qui recouvre en son sein seize (16) acteurs issu de onze (11) départements ministériels intervenant dans la chaîne de valorisation des produits du terroir, il a à sa tête le MINADER et pour vice président le MINMIDT.

Ainsi, pendant trois jours, il a été question à travers cet atelier, de consolider les connaissances des membres de la CONAPIG sur l’identification, la gestion et la promotion des IG afin de les outiller sur la démarche de mise en œuvre et de gestion des futures IG. Cinq experts dont deux en provenance de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), deux de la FAO et un de l’OAPI, avaient en charge l’animation de l’atelier de renforcement des capacités. La rencontre s’est s’achevée par une visite de terrain de la filière poivre de Penja.

Ouverture de l'atelier de renforcement des capacités du CONAPIG Cameroun

Le président du comité national exhortant ses membres

Photo de famille au terme de la cérémonie d'ouverture

Une attitude des experts

Réactions

Christian Yoka, directeur de l’AFD au Cameroun

« La bonne réalisation des activités et plus largement l’émergence des IG ne pourra se faire sans un fort engagement au niveau national notamment au niveau du CONAPIG. C’est la raison pour laquelle dans le cadre de la deuxième phase du PAMPIG, il sera indispensable d’assurer une forte intégration du CONAPIG ainsi que sa responsabilisation. »

 

 

Abari Maï Moussa, représentant résident de la FAO au Cameroun

 

« La FAO réaffirme son engagement à accompagner des Etats et institutions  à traves le renforcement et la promotion des différentes filières qui seront intéressées par les indications géographiques. »

 

 

Henri Eyebe Ayissi, MINADER

« Les IGP sont considérées comme un label de qualité permettant aux producteurs ruraux de bâtir la réputation de leurs produits d’accéder au marché international. Sur cette base il convient de mentionner que le Cameroun a exprimé sa volonté de développer ses exploitations agricoles en mettant en avant la qualité et la notoriété de ses produits …Le présent atelier permettra aux participants d’être édifiés sur la démarche de mise en œuvre et de gestion d’IG. »

 

 

 

Messa Petit Albert, Point Focal IG MINADER

 

«Cet atelier à bénéficié de l’appui des plus grands experts en matière d’IG dans le monde. Ce qui devrait donner un élan à coup sûr au CONAPIG. L’enjeu principal, c’est d’assurer véritablement un réel fonctionnement de notre comité national pour mieux consolider la mise en place des IG dans notre pays. »

NOUS, Responsables des Structures Nationales de Liaison (SNL) avec l’OAPI, présents à la 16e réunion de concertation avec la Direction générale, qui s’est tenue à Kribi, du 18 au 20 avril 2017,

EXPRIMONS à Monsieur le Directeur général nos vifs remerciements pour tout son engagement et les efforts louables qu’il a déployés et qui ont permis l’atteinte des résultats dont les principaux sont énumérés ci-après.

Ce bilan, largement positif, s’inscrira en lettres d’or dans l’histoire de notre Organisation. Ce sont notamment :

  • L’organisation, à Dakar, en 2008, de la Conférence internationale sur la propriété intellectuelle et le développement économique et social des Etats membres de l’OAPI ;
  • L’élaboration du Plan d’action annexé à la Déclaration des Chefs d’Etats issue de cette conférence ;
  • La mise en place d’un programme de Master II en propriété intellectuelle, lequel a déjà formé plusieurs centaines de cadres des Etats membres de l’OAPI et d’autres Etats africains ;
  • La construction du somptueux nouveau siège de l’OAPI qui reflète l’image moderne de notre Organisation ;
  • La rénovation de l’ancien siège de l’OAPI ;
  • La poursuite de la construction des Centres de Documentation en Propriété Intellectuelle (CDPI) ;
  • L’autorisation accordée aux Etats membres d’héberger les SNL dans les locaux des CDPI à travers les conventions d’hébergement signées avec les gouvernements des pays concernés;
  • L’augmentation de la subvention de fonctionnement des SNL ;
  • L’octroi des prix aux trois (03) meilleures SNL, chaque année ;
  • La célébration solennelle de la Journée Africaine de la Technologie et de la Propriété Intellectuelle de manière rotative dans les Etats membres de l’OAPI ;
  • L’organisation de la première édition des « AWARDS DE LA MARQUE OAPI » à Yaoundé, en septembre 2016 ;
  • La révision de l’Accord de Bangui de 1999 ;
  • La simplification de la procédure de protection des titres de propriété industrielle ;
  • L’assouplissement des pénalités aux déposants pour raisons d’erreurs matérielles ;
  • La création d’un Centre d’Arbitrage et de Médiation en propriété intellectuelle à l’OAPI ;
  • L’adhésion de l’OAPI au Protocole relatif à l’Arrangement de Madrid concernant l’enregistrement international des marques ;
  • L’organisation des séminaires gouvernementaux dans les Etats membres ;
  • La réforme du FAPI ;
  • L’enregistrement des trois (03) premières IG de l’espace OAPI ;
  • La numérisation, en cours, des archives techniques de l’Organisation.

NOUS SOUHAITONS à Monsieur le Directeur général et à son équipe, à savoir le Directeur général adjoint et le Contrôleur financier, beaucoup de chance dans leur nouvelle vie tout en priant que le bon Dieu accorde à l’équipe entrante toutes les opportunités lui permettant de hisser notre Organisation à un niveau encore plus élevé en terme de réussite.

 


Vive l’OAPI et vive la fraternité africaine.


Fait à Kribi, le 20 avril 2017

Les Responsables des SNL

Comme un parfum d’aurevoir

La ville balnéaire de Kribi, au sud du Cameroun, a servi de cadre, du 18 au 20 avril 2016, à  la 16e réunion de concertation entre la Direction générale de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) et les Structures Nationales de Liaison (SNL) des 17 Etats membres.

Présidée par le Dr Paulin Edou Edou, cette réunion de concertation avait un ordre du jour plutôt chargé dont les principales articulations portaient sur le processus de ratification de l’Accord de Bangui révisé, la sensibilisation des opérateurs économiques sur le Protocole relatif à l’Arrangement de Madrid concernant l’enregistrement international des marques, la préparation du Salon Africain de l’Invention et de l’Innovation Technologique (SAIIT) et la promotion des Indications géographiques.

Concernant par exemple le Protocole de Madrid, les statistiques de recours à ce système par les utilisateurs nationaux reste faible; d’où cet appel aux Etats, afin qu’ils mettent en œuvre des stratégies efficaces visant à inciter les entreprises nationales à s’arrimer à ce système de protection des marques aux multiples avantages.

La question de la médiatisation de la propriété intellectuelle a occupé une place importante dans les débats. En effet, les SNL sont un maillon essentiel du système OAPI. De ce point de vue, elles sont appelées à jouer le rôle de relais auprès du public national. De ce fait, un minimum d’implication de ces dernières est attendu dans la mise en œuvre de la politique d’image de l’OAPI et de la promotion de la propriété intellectuelle dans les Etats.

S’agissant du SAIIT dont la tenue de la 7ème édition est prévue pour le premier trimestre de l’année 2018, à Cotonou au Bénin, les appels à candidature à l’intention des inventeurs et autres innovateurs de l’espace OAPI et d’ailleurs seront bientôt lancés. Dans le même ordre d’idée, le Directeur général conduira une mission auprès des autorités béninoises pour fixer la date de la tenue de cette édition et les modalités d’organisation.

Le fait remarquable de cette 16ème réunion de concertation est sans nul doute l’ambiance teintée d’émotion qui se lisait tant dans les paroles que les gestes. Un parfum d’aurevoir que suscite le départ, le 31 juillet 2017 du Dr Edou Edou en fin de mandat à la tête de l’OAPI ; lui, le bâtisseur dont la mandature aura permis d’écrire une belle page de la collaboration entre l’OAPI et les Etats membres.

La motion de remerciements que l’ensemble des responsables des SNL ont adressée à Monsieur Edou Edou témoigne à suffisance  de la qualité de la marque que son passage aura laissé sur le système OAPI.

Ambiance de travail

Une participation remarquable des SNL

Un moment de détente sur les chutes de la Lobé

Photo de famille

Après la visite du ministre du State Administration for Industry and Commerce (SAIC) de la République Populaire de Chine le 28 mars dernier, c’est au tour du commissaire du  State Intellectual  Property Office (SIPO) de fouler le sol de l’OAPI, ce 12 avril 2017.

Cette visite de Monsieur  Shen Changyu entre dans le cadre de la commission mixte OAPI-SIPO mise en place pour servir de balise à une coopération gagnant-gagnant depuis 2008.

La signature d’un nouvel accord de coopération a servi d’épilogue à cette visite qui a permis à la partie chinoise de justifier l’intérêt du SIPO pour l’Afrique et particulièrement pour l’OAPI. A cet effet, le Commissaire a fait savoir que la coopération Sino-Africaine allait connaître une nouvelle dimension après le sommet Chine-Afrique tenue en décembre 2015 à Johannesbourg. C’est en raison donc de ce qui se profile à l’horizon et de la place que va occuper l’OAPI dans cette configuration que le Commissaire a cru devoir lui consacrer sa première visite en Afrique.

Pour conférer tout son intérêt à la coopération OAPI-SIPO, l’hôte chinois a proposé un plan d’action dont les points majeurs portent, entre autres, sur la formation, l’examen des brevets,  l’échange d’informations brevet, les visites de haut niveau pour discuter des questions stratégiques, l’échange des points de vue sur la question des savoirs traditionnels et le folklore.

S’exprimant à cette occasion, le Directeur général de l’OAPI, Dr Edou Edou Paulin s’est félicité de la qualité de la coopération Chine-Afrique, dont les raisons serraient à chercher dans les similitudes des deux milieux humains. Il a rassuré son interlocuteur quant à leur convergence de vue sur le contenu à donner à cette coopération. Le Directeur général de l’OAPI a rappelé qu’à côté de la France, la chine est un partenaire majeur avec lequel l’OAPI est appelé à coopérer davantage dans le sillage de ses  Etats-membres.

Après la signature de l’accord de coopération entre les deux parties, le Commissaire du SIPO s’est vu offrir une visite guidée dans les services de l’organisation ; une visite qui s’est achevée au perron du siège de l’OAPI pour une photo, la traditionnelle photo de famille.

Séance de travail entre les deux parties

Echanges de documents après signature de l’Accord

Visite guidée des services

Photo de famille