Brazzaville n’a pas seulement tenu ses promesses, cette 8ème édition a donné lieu à des innovations appréciables.

On note d’une part que c’est véritablement le tout premier salon à thème, soit « propriété intellectuelle, innovation et défis sanitaires ». La conséquence étant que les inventions qui y ont été exposées portaient prioritairement sur la santé et les domaines connexes.

D’autre part, il y a eu la tenue d’une conférence-débat de haut niveau en présentiel et en mode virtuel. Celle-ci a permis à des personnes de part et d’autre du monde, de suivre les communications des différents orateurs et des échanges suscités.

C’était le 16 octobre 2020, au deuxième jour du salon, dans une salle ayant fait le plein d’œuf grâce à la présence des universitaires, chercheurs, acteurs de la santé et du développement technologique et des hommes et femmes des médias.

Le thème de la conférence : « propriété intellectuelle, innovation et défis sanitaires : des solutions endogènes » tombait à propos, au regard du contexte sanitaire ambiant.

Pendant près de trois heures, les intervenants de diverses institutions (OAPI, OMS, IFPMA, ARIPO, INPI, FCRM), de même que deux inventeurs, chefs d’entreprises innovantes (Au-TECHNO du Cameroun et TULIP INDUSTRIES LTD de Guinée) ont tenu en haleine la centaine de participants physiques et des milliers d’internautes à travers le monde, grâce à la diffusion en directe sur les réseaux sociaux.

Une première pour un salon professionnel organisé en Afrique, en temps de Covid-19. Un autre fait marquant du rendez-vous de Brazzaville.