Actualité

Actualité

 

 

C’est à ce à quoi s’attèle désormais l’entrepreneur togolais AYITE AJAVON, rencontré lors du salon de l’entreprise PROMOTE qui s’est achevé le 25 février dernier à Yaoundé.
Promoteur de la marque de bouillon culinaire AFRICUBE et lauréat du Prix du public de la 4ème édition des Awards de la marque OAPI tenue en octobre 2023 à Lomé au Togo, l’entrepreneur est venu promouvoir sa marque protégée à l’OAPI et nouer des partenariats commerciaux.
Celui qui affirme avoir davantage compris l’intérêt de la protection des signes distinctifs d’une entreprise et de ses produits ou services lors des activités organisées dans le cadre de ces Awards, dit agir désormais avec plus d’assurance. L’entrepreneur est conscient que la protection obtenue à l’OAPI lui donne les moyens de droit pour lutter contre toute imitation frauduleuse de sa marque ou contre toute autre exploitation illicite par un tiers. La protection d’une marque pour toute entreprise pense-t-il est un réflexe « important en termes de sécurité, plus encore dans le secteur de l’agro-alimentaire », aussi pour lui, « pour se distinguer des autres concurrents, il faut jouer sur le logo, les couleurs, le slogan… ». Autant de recettes qui permettent de fidéliser sa clientèle.

Avec l’appui du projet AfriPI « Droit de propriété intellectuelle et innovation en Afrique », financé par l’Union européenne, l’OAPI organise du 4 au 5 mars 2024, à N’Djamenaau Tchad, un atelier hybride de restitution des travaux sur l’indication géographique (IG) « spiruline du Tchad ». Au cours de cet atelier, les acteurs devront parvenir à un consensus sur un certain nombre de questions essentielles au succès des IG, comme la création d’un groupement IG (GR-IG) chargé d’accompagner la rédaction du cahier des charges et d’un plan d’action sur le produit. Les résultats d’une étude d’identification menée par un consultant recruté pour le projet AfrIPI seront également présentés et les participants auront l’occasion de collaborer avec d’autres partenaires pour toute action de suivi. Les retours de travaux d’identification constituent une étape majeure pour le processus de reconnaissance de la « spiruline du Tchad » en tant qu’IGP, facteur de croissance de l’économie locale, de développement des filières associées, de gains pour les producteurs et gage de fiabilitépour les consommateurs sur le marché.

 

M. Denis BOHOUSSOU, Directeur général de l’OAPI a reçu en audience ce 01 mars 2024, le nouveau chef de projet adjoint - AfriPI, Carlos LEO SATORRE remplaçant M. Grégoire Schneider. Cette première prise de contact entre dans le cadre de l’appui que le projet AfriPIapporte à l’OAPI dans la mise en œuvre de certaines activités au sein de ses Etats membres. C’est notamment le cas pour celles portant sur les indications géographiques (IG) et les droits d’auteurs. Le DG de l’OAPI et son hôte ont échangé sur les activités prévues pour 2024. Ce dernier s’est fait accompagner du nouvelexpert en droits de propriété intellectuelle (PI) du projet AfriPI, M. KONE Hamidou,ancien Directeur des systèmes informatiques et de la publication de l’OAPI. Le projet « Droit de propriété intellectuelle et innovation en Afrique » (AfrIPI), est un projet pionnier de coopération en matière de propriété intellectuelle qui engage une action conjointe entre l’Union européenne et l’Afrique pour stimuler le commerce intra-africain et faciliter les investissements Afrique-Europe pour la croissance économique et le développement durable. Il est cofinancé par la Commission européenne et mis œuvre par l’Office de l’Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle (EUIPO), en partenariat avec des institutions régionales et nationales Africaines, notamment l’OAPI, la Commission de l’Union africaine (CUA), et l’Organisation régionale africaine de la propriété intellectuelle (ARIPO).

Ce 22 février 2024, le Directeur général de l’OAPI, Denis BOHOUSSOU et de madame Liliane MUNEZERO, représentante du patron de l’UNFPA au Cameroun étaient sur le site du salon PROMOTE pour informer et expliquer au public et aux médias, l’intérêt de leur partenariat visant l’autonomisation économique des femmes par l’innovation et l’accès à la propriété intellectuelle.

A cette occasion des jeunes filles ingénieures de l’école Polytechnique de Yaoundé déployées sur le stand de l’OAPI ont donné à voir leur génie créatif et leur esprit d’innovation à travers la démonstration de leur savoir-faire dans la création des solutions techniques capables de répondre aux besoins des populations en termes de production d’énergie par les plantes, de transformation de produits agricoles et de création ludique par des jeux vidéo ancrés sur les cultures locales.

A ces jeunes innovateurs, futurs créateurs de richesses fondées sur l’innovation, le Directeur Général de l’OAPI leur a exprimé son admiration et ses encouragements tout en promettant de leur apporter tout l’accompagnement nécessaire à l’obtention des brevets sur leurs innovations, mais également à la valorisation de ces derniers en actifs commerciaux.

S’exprimant à son tour, Mme MUNEZERO de l’UNFPA s’est félicitée du partenariat entre l’OAPI et l’UNFPA ; deux institutions qui œuvrent désormais ensemble pour encourager l’accès des jeunes filles à la scolarisation, de promouvoir la recherche et l’innovation par les femmes. Une synergie qui aidera à accroître l’autonomisation économique des femmes camerounaises et à réduire les écarts de genre dans le domaine technologique grâce notamment à l’apport des objets de propriété industrielle.

La visite de ces deux personnalités s’est achevée par le passage sur les stands de quelques-uns des médias qui contribuent à vulgariser les actions de l’OAPI dans l’accompagnement des entreprises et la promotion de l’innovation.

Page 3 sur 98
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree