Actualité

Actualité

 

 

La réunion de la Commission des Experts de la 62ème session ordinaire du Conseil d’administration de l’OAPI s’est ouverte ce 1er décembre 2022 à Douala au Cameroun, au cours d’une cérémonie présidée par le Secrétaire Général du ministère en charge de l’Industrie du Cameroun, représentant Monsieur le Ministre, Vice-Président dudit conseil. La réunion des Experts se tient en prélude à la réunion des ministres du 08 décembre dans la même ville.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, Monsieur Denis BOHOUSSOU, le Directeur Général dans son mot de bienvenue en a profité pour dresser le bilan de son action à la tête de l’institution qu’il dirige depuis août 2017. Il a également indiqué le cap pour les cinq prochaines années. Le Directeur Général a regretté la crise inutile créée pour freiner la marche de l’OAPI et s’est dit reconnaissant aux administrateurs pour les décisions salutaires prises pour la résoudre. Il s’est également dit ému du soutien total reçu des responsables des Structures nationales de liaison (SNL) pendant ces moments de vives turbulences.

S’exprimant au nom du ministre en charge de l’Industrie, le Secrétaire Général a loué la solidité du système OAPI et la qualité de sa gouvernance interne qui à ses yeux, expliquent la résilience de l’Organisation face à la crise.

Les travaux de la commission des Experts prennent fin le 07 décembre 2022.

 

Monsieur Denis BOHOUSSOU, le Directeur Général l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) y est allé pour prendre part à la 46ème session du Conseil d’Administration de l’Office Régional Africain de la Propriété Intellectuelle (ARIPO) ouverte ce lundi 21 novembre 2022.

Invité à la tribune face à un parterre de personnalités dont les membres de Gouvernements et les premiers responsables des offices de propriété intellectuelle à travers le monde, le Directeur Général s’est félicité de la poursuite des efforts entre l’OAPI et l’ARIPO en vue d’harmoniser leurs systèmes d'enregistrement. Toute chose qui contribuera à faciliter l'intégration commerciale attendue par les États membres.

Prenant à profit l’actualité sur le continent, précisément en ce qui concerne la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), Monsieur BOHOUSSOU, dans son propos, a souligné que les deux institutions ont su « unir leurs efforts pour soutenir les États membres afin que le protocole proposé réponde à leurs attentes ». Sur cette question, il faut dire que les deux organisations sœurs se sont illustrées en apportant toute l'assistance technique nécessaire aux négociateurs de leurs États membres respectifs lors des discussions sur le protocole de la propriété intellectuelle à Accra et à Addis-Abeba.
Cette assistance vise à faire en sorte que la mise en place du protocole sur la propriété intellectuelle ne vienne porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle déjà octroyés et en vigueur dans les États membres, ni aux systèmes nationaux et régionaux d'enregistrement des droits de propriété intellectuelle dans les États.

Aussi, le DG de l’OAPI a terminé son discours par un vibrant appel : « Je voudrais saisir cette occasion pour vous exhorter à attirer l'attention des parties prenantes dans vos différents Etats sur l'impact négatif que ces dispositions du Protocole sur la propriété intellectuelle pourraient avoir sur l'environnement juridique et commercial en Afrique ».

Le Conseil d’administration de l’ARIPO prend fin le 25 novembre 2022.

Une délégation de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) conduite par son Directeur Général, Monsieur Denis BOHOUSSOU a effectué une visite de travail auprès de African Gaurantee Fund (AGF) à Nairobi au Kenya, du 06 au 09 Novembre 2022.
AGF est l’institution financière non-bancaire de référence, partenaire de l’OAPI pour la réalisation du projet de mise en place d’un mécanisme de financement de l’invention et de l’innovation.

Au cours de riches et intenses échanges entre le Directeur Général de l’OAPI et le CEO de AGF, Monsieur Jules NGANKAM, divers aspects ont été abordés. C’est le cas du montant initial à allouer au fonds, des différents partenaires techniques et financiers devant faire partie du mécanisme, des cibles concernées par ce mécanisme et du chronogramme de sa mise en place.

La mise en place effective de ce mécanisme va marquer une nouvelle ère dans la vie de l’Organisation en tant qu’agence de développement. La question est si importante pour les Etats que le dossier y relatif sera examiné à la 62ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’OAPI qui se tiendra le 8 décembre 2022 à Douala au Cameroun.

Pourquoi mettre en place un mécanisme de financement de l’invention et de l’innovation ? Il s’agit de soutenir plus efficacement les inventeurs et les centres de recherche dans le processus de valorisation des brevets que l’OAPI délivre. Un engagement contenu dans le plan stratégique 2018-2022 qui vise à accompagner les Etats membres dans leur développement technologique et économique.

Fin de la Conférence régionale sur la protection et l’utilisation des inventions médicinales africaines dans les Etats membres de l’OAPI.

Il y a vingt ans à Libreville au Gabon, l’« Initiative de Libreville pour la protection et la valorisation des inventions africaines en matière de médicaments » était adoptée à travers une Déclaration des Chefs d’Etats le 11 juillet 2003. Cette Déclaration visait à faire entreprendre des actions en vue d’une meilleure promotion et valorisation des inventions africaines relatives aux médicaments.

La rencontre initiée par l'OAPI avec l’appui du projet AFRIPI de l’Union européenne, et en collaboration avec la République du Congo s'est achevée ce 4 novembre 2022 à Brazzaville au Congo. A l'issue de cette conférence, l'OAPI par la voix de Monsieur Denis L. BOHOUSSOU, son Directeur Général, a marqué son engagement à contribuer à la prise en compte des besoins de nos populations en matière de santé, tout en militant en faveur de la nécessité d’aider à l’accroissement et la protection des inventions africaines dans le domaine du médicament à travers l'accélération de la mise en œuvre des actions qui ressortent de sa mission.

Quels sont les points essentiels objets des débats de cette rencontre ?
- Place des solutions médicinales africaines dans la politique mondiale de santé.
- Politique nationale de santé : Accès du médicament africain aux protocoles de traitements nationaux.
- Etat des lieux de la recherche médicinale africaine
- Défis liés à la mise au point des médicaments améliorés.
- Etat et mécanisme de la protection des inventions médicinales africaines
- Difficultés liées à la valorisation des Innovations médicinales de la pharmacopée
- Exemple d’intégration réussie des médicaments traditionnels dans le système national de santé.
- Politiques développées sur le plan régional ou international pour la valorisation des médicaments africains.
- Feuille de route pour accroitre l’homologation des médicaments issus de la pharmacopée.

Page 1 sur 72
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree