Obtentions végétales : la graine est plantée en Guinée

Le Séminaire National de sensibilisation sur le système protection des obtentions végétales s’est ouvert le 14 février 2022 à Conakry en Guinée.
Pendant trois jours, les chercheurs, experts, consultants, et acteurs publics et privés des filières agricoles échangeront sur les mécanismes de protection et de valorisation des variétés végétales et leur intérêt pour le développement agricole en Guinée.
Le séminaire s’est ouvert sur une présentation de l’OAPI et les spécificités de son système de protection des obtentions végétales d’une part, et le rôle et le fonctionnement de l’Institut de Recherche Agronomique de Guinée (IRAG) d’autre part.
Les participants ont également été éclairés sur le rôle des Institutions spécialisées telles que l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV), l’Office Communautaire des Variétés Végétales (OCVV), ainsi que les mécanismes de coopération et d’interactions entre elles et les Etats membres de l’OAPI.
D’autres experts venus des Institutions nationales et régionales africaines ont également partagé leur expérience. C’est le cas de Monsieur Yacouba DIALLO du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF). Ce dernier a expliqué l’implication du CORAF au sein des Etats Membres, en termes d’assistance pour les reformes administratives et politiques, mais aussi dans le domaine du renforcement des capacités en matière d’inspection, de certification technique et d’entreprenariat semencier.
Des exemples pratiques de l’examen DHS (Distinctivité Homogénéité et Stabilité) des nouvelles variétés, ainsi que les stratégies de valorisation et d’organisation de la recherche ont également été partagés par madame Louise AKANVOU du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) de Côte d’Ivoire.
L’inscription, la protection et la certification , ainsi que l’élaboration des protocoles à partir des directives d’examen de l’UPOV- autres aspects techniques liés aux obtentions végétales- seront successivement abordés lors de la dernière journée, par les autres partenaires au projet qui sont : le Groupe d’Etude et de Contrôle des Variétés et Semences (GEVES), le Service d’inspection néerlandaise pour l’Horticulture (NAKTUINBOUW) et l’organisation interprofessionnelle française pour les semences et les plantes (SEMAE).
La fin des travaux sera marquée le 16 février 2022 par une table ronde devant aboutir à l’identification des grandes lignes de politiques modèles sur l’organisation du secteur public et privé en matière de création, de protection et de valorisation des nouvelles variétés végétales en Guinée.