Actualité

Actualité

 

 

La journée du 21 mai à la réunion annuelle de l’International Trademark Association (INTA) a connu deux activités majeures auxquelles ont pris part les experts de l’OAPI.


Dans la matinée, une réunion s’est tenue avec les membres du comité des pratiques de l’Office des marques Afrique et Moyen-Orient. Cette rencontre s’inscrivait dans cette volonté d’intensifier la coopération en matière de propriété intellectuelle.
Les discussions ont principalement poryées sur les innovations en matière de marque contenues dans l’Accord de Bangui révisé et les récents développements y relatif.


Dans l’après-midi, une mini conférence sur le thème « transformation digitale et rôle des offices de propriété intellectuelle : les derniers développements de l’OAPI » a offert au public présent dans la salle 404-405 du bâtiment A, des exposés sur les outils digitaux mis en place par l’OAPI pour améliorer la qualité de ses services et optimiser la production des titres de PI.


Les panélistes ont ainsi pu mettre en évidence la flexibilité de l’OAPI à s’arrimer à la révolution digitale afin de faciliter les demandes d’enregistrement en ligne.

La 146ème réunion annuelle de l’International Trademark Association (INTA) a démarré ce 18 mai 2024 à Atlanta dans l’Etat de Géorgie aux Etats unis d’Amérique (USA).

Ce sont cinq jours d’intenses activités de réseautage pour les professionnels de marques du monde entier. Le congrès est une occasion de rencontres et d’échanger entre spécialistes de la propriété intellectuelle, professionnels et titulaires de marques, avec au menu, l’organisation des conférences thématiques et des rencontres B to B.

L’équipe OAPI présente sur le stand 453 du Georgia World Congress Center entretient les visiteurs sur les opportunités intéressantes de conquête du marché africain à travers l’utilisation de son système de marque, mais également sur les innovations en cours d’implémentation, notamment le dépôt électronique des demandes de protection des marques.

Les mandataires agrées auprès de l’OAPI ont également répondu présents à ce grand rendez-vous. Disposés à renseigner les visiteurs sur les services qu’ils offrent afin de faciliter l’enregistrement des marques et autres objets de propriété industrielle à l’OAPI. Ils ont principalement pour mission, de conseiller, assister, représenter leurs clients en vue de l’obtention, le maintien, l’exploitation et la défense de leurs droits de propriété industrielle.

Du 18 au 22 mai, l’OAPI participera à la 146ème session du congrès annuel de l’INTA (international Trademark Association), à Atlanta dans l’Etat de Géorgie aux USA. Cette rencontre regroupera les professionnels des marques de toute la planète.

Vous aimerez rencontrer nos experts ?

Abdourahmane Fady DIALLO, Magui NNOKO, Mercy MASOK et Marie MEKENG à SEYI seront présents sur le stand 453 du Centre mondial des congrès de Géorgie pour partager avec vous les nouvelles tendances de notre système des marques pour un environnement propice aux affaires ainsi que nos autres initiatives en matière de Propriété Intellectuelle (PI).

 

Pourquoi visiter notre stand ?

Vous pourrez discuter avec notre équipe sur place pour avoir des informations exclusives à propos des innovations liées au système des marques à l’OAPI, des bases de données des titres de PI, des facilités de dépôts numériques bientôt accessibles, etc..

Pour celles des entreprises et starts up qui envisagent conquérir le marché africain, c’est une occasion de rencontrer des mandataires pour échanger sur les procédures de dépôts de titres de Propriété industrielle à l’OAPI.

Propriété intellectuelle et révolution digitale

Les offices de propriété intellectuelle améliorent leurs produits et services grâce aux facilités qu’offre la révolution digitale.

Nous vous invitons à venir découvrir les innovations de l’OAPI en la matière et à échanger sur les perspectives envisagées pour optimiser les process de production et la qualité de services de l’office.

 

Quand ? le 21 mai 2024

 Où ?  Rejoignez-nous au Bâtiment A du Centre mondial des congrès de Géorgie, salle 404-405

A quelle heure ? de 14 h 30 à 15h 30 heure de Washington

Rencontre B to B pour favoriser une coopération plus étroite entre les offices

Nous partagerons nos actualités et points de vue avec les membres du Comité des pratiques de l’Office des marques (Afrique et Moyen-Orient) de l’INTA afin de renforcer la coopération et étendre notre collaboration en matière de propriété intellectuelle.

Quand ? le mardi 21 mai 2024

Où ? dans la salle B308-309 du Centre mondial des congrès de Géorgie

A quelle heure ? de 10h00 à 11h00 heure de Washington

Cliquez sur lien pour visiter notre landing page et rendez -vous à ATLANTA. 

 http://www.oapi.int/inta/online.html

 

Du 13 au 24 mai 2024, les délégués des offices de Propriété Intellectuelle des Etats membres de l’OMPI dont font partie les 17 pays de la zone OAPI, ainsi que d’autres parties prenantes du monde, se retrouvent à Genève pour la dernière phase de négociations d’un traité relatif à la propriété intellectuelle, aux ressources génétiques et aux savoirs traditionnels associés aux ressources génétiques.

Cette conférence de haut niveau à laquelle prend part Denis BOHOUSSOU le Directeur Général de l’OAPI, va clôturer 25 années de travail pour parvenir à l’adoption d’un instrument juridique international de propriété intellectuelle pour une protection efficace de ces ressources et savoirs.

Le traité vise améliorer la qualité des brevets délivrés en favorisant la divulgation par le déposant, d’informations précises sur les sources des ressources génétiques ou des savoirs traditionnels associés qui constituent la base de son invention.

Les ressources génétiques étant d’origine naturelle, ne sauraient être directement protégées en tant qu’actifs de propriété intellectuelle du fait qu’elles ne sont pas des œuvres de l’esprit humain.

Cependant, les inventions fondées sur des ressources génétiques et des savoirs traditionnels associés, ou élaborées sur la base de ceux-ci, peuvent bénéficier d’une protection dans le cadre du système des brevets.

De manière plus explicite, il s’agit par exemple de déclarer dans la demande de brevet, la provenance des ressources génétiques, le peuple autochtone ou la communauté locale qui a fourni les savoirs traditionnels associés, afin de permettre aux examinateurs de brevets de déterminer si l’invention remplie les critères de brevetabilité tels que la nouveauté et l’activité inventive.

Page 1 of 101
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree